18 novembre 2021

La sédentarité au travail : un risque professionnel sous-estimé

Après 8 heures en position assise par jour, votre taux de mortalité augmente de 8%. Au-delà de 10 heures, ce taux grimpe à 10%. Ces chiffres effrayants sont un des nombreux symptômes de la sédentarité, un risque devenu professionnel. Alors, avant que votre santé ne s’affecte, adoptez des mobiliers actifs dans votre entreprise pour lutter contre la sédentarité de vos employés.

Les symptômes de la sédentarité menacent votre santé

La sédentarité amène à de graves conséquences, à la fois sur votre corps que sur votre mental. Voici une liste pour vous alerter des dangers de la sédentarité :

  • Décès prématuré : l’Observatoire national de l’activité physique et de la sédentarité (ONAPS) a prouvé que 3,8% des décès sont causés par le simple fait de rester assis plus de 3 heures par jour.

  • AVC et infarctus : une activité physique quotidienne diminue de 6% le risque d’hypertension artérielle, principale cause des maladies cardiovasculaires.

  • Perte des fonctions physiques : votre corps s’adapte très vite à votre mode de vie. En remarquant que vous ne bougez pas, vos muscles vont alors s’atrophier et vous perdrez en autonomie.

  • Crise cardiaque : comme tous les muscles, si le cœur n’est pas stimulé, il perd en puissance, notamment celle de contraction amenant alors les crises cardiaques.

  • Embolie pulmonaire : l’absence de muscles qui ont un rôle important dans la circulation sanguine engendre l’arrivée d’un caillot de sang dans une artère pulmonaire.

  • Dépression : si beaucoup de risques de sédentarité sont physiques, certaines maladies mentales peuvent en être la conséquence. Notamment la dépression et les troubles de l’anxiété dus au manque d’oxygénation du cerveau.

  • Arthrose: en seulement 50 ans, le nombre de personnes souffrant de cette maladie articulaire a doublé. Et une des raisons principales se trouve dans l’augmentation de la sédentarité. En effet, rester statique provoque l’amincissement du cartilage et provoque une perte d’autonomie.

  • Diabète et cholestérol : le manque d’activité physique entraîne un dépôt de graisses sur les parois internes des vaisseaux sanguins, provoquant là encore des maladies cardiovasculaires.

  • Obésité : selon une étude américaine publiée sur l’American Journal of Medicine, l’obésité proviendrait davantage de la sédentarité que de la malbouffe.

L’activité physique hebdomadaire : insuffisante contre les risques de la sédentarité

« Pour votre santé, pratiquez une activité physique régulière ». Ce slogan du ministère de la Santé et de la Solidarité, vous l’entendez ou le lisez sur chaque publicité alimentaire. Si son objectif principal est de lutter contre une mauvaise hygiène de vie alimentaire, parallèlement, ce message vous prévient aussi des risques de la sédentarité. En effet, faire du sport permet de réduire les méfaits d’une alimentation déséquilibrée, mais aussi de l’augmentation exponentielle de la sédentarité en France.

Et c’est l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) qui part en guerre en affrontant directement le manque d’activité physique. L’OMS vous recommande de pratiquer chaque semaine de 150 à 300 minutes d’activité physique modérée ou de 75 à 150 minutes d’activité physique intense. Soit un effort de 40 minutes par jour ou 20 minutes, si celui-ci est soutenu. Vous aurez donc vite fait le calcul… Si vous travaillez chaque jour, assis devant votre bureau, votre footing du dimanche matin ne suffit pas à prévenir les dangers de votre sédentarité. Dire pour autant que ce footing ne sert à rien serait mentir. Mais pour éloigner davantage les symptômes, il est essentiel de lutter contre la sédentarité directement, en réduisant votre temps passé assis ou statique sur votre chaise.

Malheureusement, entre le travail, les enfants ou les courses, faire en plus du sport ne rentre pas dans votre agenda déjà surchargé. Dans une société où tout doit aller vite, prendre du temps pour vous faire du bien, à votre corps et à votre esprit, devient un moment trop rare pour votre santé. Et c’est l’effet boule de neige qui s’active : votre moral s’abaisse, vos muscles s’atrophient, votre masse graisseuse s’intensifie. Alors, votre motivation à pratiquer une activité physique se réduit et votre corps s’affaiblit petit à petit. À cause de cette lente, mais importante dégradation, vous risquez de souffrir par la suite des symptômes plus conséquents de la sédentarité comme une embolie pulmonaire ou un AVC.

 

Les causes de l’importante augmentation de la sédentarité

Mais que signifie être sédentaire ? Bien qu’il n’existe aucune mesure universelle, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES) affirme qu’une personne est sédentaire quand son taux de dépense énergétique se situe proche de zéro. En comparaison au nomadisme, la sédentarité constitue un mode de vie fixe. Provenant du latin “sedere” qui signifie “être assis”, la sédentarité se distingue donc par la position assise tenue une grande partie de la journée. En France, l’OMS affirme qu’au-delà de 7 heures en position statique par jour, vous devenez sédentaire. Ce chiffre, qui peut paraître conséquent,  est pourtant le cas aujourd’hui pour plus de 70% des Français.

 

Caractéristique désormais de notre société, la sédentarité s’est en effet installée petit à petit dans notre quotidien. Si elle a commencé il y a déjà 10 000 ans quand l’homme a privilégié l’agriculture à la chasse et la cueillette, ce processus n’a fait que se développer, notamment ces dernières années. D’après une étude de BMC Public Health, la sédentarité a augmenté dans les pays européens de 8% de 2002 à 2017. Les plus affectés par cette hausse sont les personnes se situant dans la tranche d’âge des 35-44 ans. Cependant cette dégradation de la santé touche malheureusement aussi les plus de 65 ans et les 18-24 ans qui sont respectivement 55,6% et 58,3% à se déclarer physiquement inactifs.

 

Les chercheurs de cette étude sont unanimes : “ cette prévalence de l’inactivité physique pourrait être liée au fait que les gens interagissent de plus en plus avec des technologies telles que les smartphones et les services de streaming pendant le travail et les loisirs”. En effet, au travail ou à la maison, vos activités sont de plus en plus sédentaires : s’asseoir sur votre canapé pour lire, s’asseoir dans votre voiture pour aller travailler, s’asseoir à votre bureau, s’asseoir à votre table pour manger, s’asseoir devant votre télévision le soir, etc.  Le problème de la sédentarité réside donc dans un manque d’activité physique, mais aussi dans une trop grande habitude à rester en position statique.

 

Et les Français affirment que la première cause de leur sédentarité est leur travail ! L’Institut de recherche biomédicale et d’Epidémiologie du Sport (IRMES) a mené une étude selon laquelle 40% des Français ont répondu que leurs horaires de travail les empêchaient de pratiquer une activité physique régulière. Puis, la seconde cause est le manque d’équipement pour 36% d’entre eux, contre 17% pour le manque de motivation.

 

Peut-être alors qu’en aménagement des plages horaires ou en instaurant des activités physiques au travail, les 3,2 millions de morts chaque année dans le monde dûs à la sédentarité pourraient être évités…

L’employeur, aussi responsable de la sédentarité au travail

La sédentarité a un fort impact sur la santé des employés d’une entreprise. En effet, 1 salarié sur 5 souffre de douleurs chroniques et 1 sur 4 est obligé de se mettre en arrêt maladie. L’employeur a donc un rôle important à jouer dans la lutte de la sédentarité, que ce soit pour la santé de ses employés, mais aussi pour son entreprise d’un point de vue purement économique. Car entre les maladies et un taux d’absentéisme accru, un salarié en mauvaise santé coûte en moyenne à une entreprise 13 500 euros par an ! L’employeur a donc tout intérêt à donner l’habitude à ses employés d’exercer une activité physique au travail, pour le bien de son entreprise, mais surtout pour le bien de leur santé physique et mentale.

 

La sédentarité, principalement d’origine professionnelle, devrait être inscrite sur le document unique d’évaluation des risques (DUER), un papier obligatoire répertoriant tous les risques professionnels au sein de l’entreprise. Rares sont pourtant les employeurs à le mentionner et à tenir compte de ses dangers. En omettant ce risque, les employeurs manquent également d’instaurer des solutions pour réduire la sédentarité professionnelle.

 

Mais attention, l’activité physique au travail doit être modérée pour ne pas à l’inverse aggraver les risques sur la santé de l’employé. Des études ont prouvé que “ pratiquer une activité physique intense pendant la période de travail (porter des charges lourdes ou modérées) multiplie par 1,45 (IC 95 % 1,05–2,00) le risque de mortalité cardiovasculaire par rapport à des personnes ayant une activité de faible intensité pendant le travail (ce qui n’est pas synonyme de sédentarité) ”. Si rester assis toute la journée engendre de nombreux risques sur la santé, s’activer du matin au soir de façon soutenue aurait également des effets négatifs.

 

Par conséquent, pour la santé de ses employés, le chef d’entreprise doit trouver le bon équilibre entre sédentarité et activité physique intense. Et de nombreux mobiliers dits actifs semblent être la solution adéquate pour bouger avec modération au travail.

Pratiquer une activité physique tout en travaillant, c’est possible !

L’entreprise Tek Active a développé des mobiliers actifs, tels que des vélos-bureaux ou des bureaux debout, pour favoriser l’activité physique modérée au travail. Leur discours est clair et engagé : “l’enjeu majeur de notre société est d’améliorer la santé des employés. Le moyen le plus efficace pour lutter contre la position assise, véritable fléau de notre temps, est de bouger. 

 

En aménagement les entreprises avec des vélos-bureaux ou des bureaux debout, Tek Active rend possible l’activité physique, et ce, pendant les heures de travail. Que ce soit pendant un appel téléphonique, pendant l’écriture d’un email, ou pendant une réunion, pédaler en travaillant est accessible à tout moment de la journée, et sans déranger ses collègues !

 

Le vélo bureau est la solution par excellence, car elle répond à toutes les problématiques de la sédentarité professionnelle. L’activité de loisir, comme votre footing du dimanche, est cette fois-ci complétée avec une activité journalière, sans surcharger davantage votre planning. Et pour ceux pour qui la sédentarité était aussi liée à un manque d’équipement, plus besoin de chercher, votre bureau devient votre salle de sport. Le dernier obstacle à combattre reste votre motivation… Mais Tek Active le sait,  entre collègues vous allez vite vous inciter à pédaler !

 

La sédentarité est donc majoritairement un risque professionnel qui peut être facilement minimisé si les bonnes solutions, comme du mobilier actif, sont mises en place.  Et Tek Active vous propose différentes solutions pour que vos employés, en plus d’être en bonne santé, soient aussi plus productifs au travail.

Notre choix

Le vélo bureau FIRST

Le vélo bureau First
est idéal pour les établissement scolaire

Éprouvé dans plus de 500 établissements scolaires, il est fiable, robuste et s’adapte facilement d’un élève à l’autre.

Notre sélection

Affichage de 4–5 sur 5 résultats

Plus d’actualités

À votre écoute

Paiment 100% sécurisé

Livraison express

Satisfait ou remboursé